Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chez-nous c' est comme ça, la vie simplement

Un blog de tous les jours pour vous aider à regarder ce que vous ne voyez peut-être plus !

Mon Québec...et ou je vis , un peu d'histoire sur mon arrivée .

 
 
 
 

 

PETITE HISTOIRE

J' aime mon coin de pays, ma province , mon village et tout ce qui s'y rattache .

Métis-sur-mer !

Comment vous définir le grandiose de notre petit village, 650 habitants en hiver plus de 2000 en été avec les résidents et touristes qui arrivent .

Je ne suis pas native d'ici , je viens de la Côte-nord ( Hauterive plus précisément )  qui par les fusions passées porte le nom aujourd'hui de Baie-Comeau . J' ai grandi à Hauterive , dans mon coeur Hauterive y demeure collé à tout jamais avec ses souvenirs .

Revenons à Métis-sur-mer.

 J'habite au fond du village . Lorsque nous avons emménagé c' était pour y installer notre compagnie de transport scolaire . Les rues étroites avaient à ce moment là semées quelques doutes dans notre esprit . 

Les bus vont-elles pouvoir virailler aisément pour le stationnement ?

Hé bien oui ! elles passent .

Ouf ! Moi je ne voulais pas aller habiter autre part, c' était Métis-sur mer qui m' avait séduite.

Après quelques mois d'attente et bien des tourments ( les terrains que nous avions achetés étaient des champs ) pas d' électricité , ni de  téléphone , il fallait aussi connecter le système d' aqueduc . les poteaux commandés arrivaient de toute part pour notre commodité . Nous étions au mois de novembre .

Nous voilà donc installé le 05 décembre 1981 et commence mon adaptation  .

Partis de Sept-îles en coup d'vent ( La fuite en Égypte comme le disait si bien ma tante Danielle ) sans réfléchir pour acheter la compagnie . Je ne savais pas à quoi m' attendre.

 En passant , Jean-Pierre est natif d'ici St-Octave de Métis .

À Sept-îles tous les deux nous avions un bon travail , une maison et notre petite chatonne Stéphanie âgé de 18 mois . Nous n'étions donc pas à plaindre . Mais là ! Acheter une entreprise à l' aveuglette , ( Le père de Jean-Pierre voulait vendre à ses enfants ) sans rien connaître de la comptabilité ou presque . S'installer en début d'hiver ,devenir propriétaire et s' adapter ne fût pas chose facile .  Mais nous avions à coeur de réussir et nous avons réussi . Jamais nous n'avions mis notre décision en doute. Nous avancions dans la confiance de nos choix, sans plan , juste le moment présent et tout l' avenir devant nous . Jean-Pierre passa des examens pour obtenir son accréditation de garage et faire la réparation des autobus . Moi je m' étais inscrite à l' académie du savoir à des cours de comptabilité en informatique pour gérer le côté plus comptabilité bien entendu  . Jean-Pierre conduit un autobus depuis ce temps là moi j' ai conduis sur une période de 12 ans et depuis 4 ans j' ai cessé. Nous avons vendu il y a 3 ans et Jean-Pierre continue de conduire . ( Il a cessé cette année ) Ce texte a été écrit il y a deux ans . Nous sommes tous les deux à notre retraite maintenant .

Plus le temps avançait plus le charme de Métis-sur-mer opérait et ce premier hiver en fût un de découvertes .L'immensité du territoire m' attirait . Aussitôt la neige tombée en quantité respectable,  je m' élançai en ski de fond sur cette surface blanche et pétillante . De temps à autre Jean-Pierre prenait soin d' aller taper le sentier en skidoo plus tôt le matin pour faciliter ma passion ,  en plus j' avais cette chance de partir derrière ma maison .La température ne me dérangeait pas ,qu'on soit dans le - 30 à ou le + 5 degré Celsius tout était parfait .

La côte derrière chez-moi encadrée d' arbres laissait présager des randonnées satisfaisantes .Je traversais la route 132 et le plaisir se poursuivait sur le terrain de golf . Plus loin tout au fond les petits sentiers s'entrelaçaient et les vallons de neige ouateuse agrémentait mon parcours joyeusement . Je skiais seule avec Jack le labrador noir à mes côtés fou de joie de pouvoir courir à perdre haleine dans cette si vaste étendue blanche. Le temps passait trop vite et 1h30 plus tard j' étais de retour chez-moi.

Mon premier hiver j' ai skié tous les jours ou presque .On faisait aussi de la raquette en famille . Dans le bois on allumait un feu pour faire griller des guimauves ou des saucisses. Jean-Pierre prenait soin de couper quelques branches de sapin , égalisait la neige pour s' y asseoir confortablement et Steff attendait avec impatience sa baquette pour y enfiler son goûté préféré . Ses yeux brillaient et ses petites joues roses reflétaient sa joie , heureuse d`être là .

L' été j' en ai passé des journées sur les plages avec Stéphanie . On se baignait  dans cette eau froide , le soleil sur la peau et le fleuve en toile de fond . Les pique-niques se succédaient un peu partout, dans les champs de fraises , entourées de papillons , dans les buissons de framboises entourés de bourdon :o), près du lac ou notre petit camp se situe ( du vrai camping sauvage et du canotage ) sur la plage . J' ai fais du vélo , marché sur la grève des heures et des heures hypnotisée par ce fleuve magnifique .J' ai la chance d' habiter à une minute du fleuve à pied . J' ai grandi et toujours habitée près du fleuve , j' en ai besoin de cet air de mer ravigotante .

La ville de Métis-sur-mer fait partie des plus beaux villages du Québec. J' y habite depuis 40 ans, 40  années à le humer, l' admirer, le vivre . J' en suis imprégnée .

Les paysages magnifiques qui s'offrent à nous se définissent à partir de notre ressenti. Les vagues qui s'échouent sur la grève tendres les jours sans vent , échevelées les jours de grand vent , nous fouettent la peau de ses gouttelettes salées qui traversent  notre épiderme et se collent au milieu de notre chair pour ne plus jamais en ressortir . Comment faire pour habiter ailleurs désormais.

Un peu plus loin dans les terres on découvre de grands champs habillés de fleurs sauvages qui se balancent au gré du vent dans une folie passagère ou bien se figent dans le sans vent . On y hume le parfum des marguerites,  des mauves , des pissenlits .

Le ciel s'élargit au fur et à mesure de la montée . Au sommet l'immensité de la forêt du côté sud . Un tour sur soi côté nord et le fleuve apparaît dans toute sa splendeur. Comme sorti d'une histoire de vie apparaît " le phare " , sa lumière aveuglante balaie le fleuve qui lui appartient . Les anciens bateaux ne pouvaient s'en passer leur survit en dépendait . Les récifs pointus de la baie pouvaient les saper au passage en les entraînant vers le fond. Nul  pardon face à la mer déchaînée caché sous la brume des tempêtes.

Dans le village des habitants fiers embellissent leur maison de mille fleurs, d'immenses arbres et de haies  bien taillées . Tout est beau à Métis-sur-mer , rien ne dénote , on aime les gens , on aime la visite .

De belles auberges chaleureuses, de petits café charmants , une halte pour flâner, une épicerie, un dépanneur , une crèmerie/boulangerie . Un belvédère pour regarder, une route pour apprendre ,quelques commerces pour le mieux être . Nous avons même un potager communautaire .

Nous avons aussi deux écoles , une française , une anglaise , une bibliothèque bilingue ,des gens sympathiques , et du mouvement d' habitants qui aiment se divertir, qui aiment accueillir et garder vivante notre petite ville, deux cultures qui se côtoient et se partagent. Sans oublier nos cinq églises . Oui, oui ! Vous avez bien lu ( cinq ) Ce qui rend notre village encore plus attrayant . Deux terrains de golf .On ne s' ennui pas ici je puis vous l' assurer . Nous avons même une résidence pour personnes âgées .

Un peu plus loin les jardins de Métis à peine dix minutes de route, une cuisine digne d'un grand chef . Des produits de chez-eux et tout le confort d'un grand jardin .

Dans les rangs, des cultivateurs et aussi des fiers d'être là. De belles maisons éloignées du bruit  , fort du calme qui les entoure . Un choix qu'ils ont fait avec ou sans raison évidente , par hasard ou pour le plaisir de vivre dans le mieux de ce monde . Ils ont cette chance de voir passer tous les animaux en liberté qui les épient furtivement derrière les arbres ou les clôtures  . Le temps de voir passer une fourrure empressée ,  la grandeur ou la couleur définit l' animal si rapide d'être ailleurs ,  permet ainsi d'en brosser un portrait de beauté instantanée en espérant ne pas s'être trompé , à moins que par curiosité  l' animal ait fait le choix de s' arrêter pour vous regarder . Alors là l' admiration sera sans doute partagée.

Un peu plus haut des lacs et des rivières, des canards et des outardes gloussent sur le lac au miroir . Des poissons frétillent dans l' eau des rivières, un pont couvert une Tartigou pour se baigner . La vie partout dans un souffle sans fin qui ne demande qu'à être aimé et protégé .

 

Bienvenue à Métis-sur-mer. Nous sommes heureux de vous y rencontrer ! 

Anciennes maisons .

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article