Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chez-nous c' est comme ça, la vie tout simplement

Un blog de tous les jours pour vous aider à regarder ce que vous ne voyez peut-être plus !

Chez-nous c' est comme ça, la vie tout simplement

Il était une fois « Une femme » ( 29 )

Il était une fois « Une femme » ( 29 )

La lumière s' éteint brusquement . Le chat couvert de statique crépite dans l' obscurité .

-- Mais que se passe t' il ?

-- Je ne sais pas Meika .Tout semble si étrange .

-- Mayana tu es là ? Aucun son . le chat brille dans la noirceur .

-- Mayana répond-moi . La lumière revient .

Les deux femmes se précipitent vers la porte d' entrée restée ouverte . Mayana assise sur les dernières marches de l' escalier scrute le ciel .

-- Tu m' as fait peur , je te croyais volatilisée .

Elle tourne la tête lentement vers les deux femmes . Dans ses yeux une lueur de feu , la même que celle dans les yeux de Onix quelques minutes plus tôt . L' émotion est palpable .Le chat passe près d' elle en coup de vent et disparaît dans la nuit . Il revient tenant dans sa gueule un oisillon vivant . Il le dépose aux pieds de Mayana . C' est un aigle royal tombé de son nid . On entend battre des ailes dans le lointain l ' aigle cherche son petit qui glapit sans arrêt , Il surgit devant elle .

-- Mon Dieu , il est énorme et en colère " S' exclame Adsila ."

Il survole la maison à quelques reprises , ses ailes immenses cachent la lune . Il s' abat devant Mayana sans brusquerie et la regarde de ses yeux perçants .

-- Tu as encore perdu ton petit ? Elle lui tend l' aigle recroquevillé dans ses mains qui s' agite lorsqu' il sent sa mère si près . Mayana se lève , dépose l' oisillon par terre et recule . L' aigle s' approche, saisi son petit entre ses crocs , salut Mayana et s' envole .

-- Un chat qui ramène un oisillon , j' aurai tout vue .S' écrie presque Adsila .

-- Quelle étrange soirée .Murmure Meika . L' aigle semble te connaître , il t' a salué n' est-ce pas ?

-- Je crois que oui ! Onix allongé près de Mayana fait sa toilette . " Je savais que tu étais un chat d' énergie , je l' avais tout de suite senti lorsque je t' ai ramassé le long de la route " .Onix lèche sa main en signe d' approbation et continue son rituel .

-- Il faut aller se coucher maintenant !

-- Les femmes entrent dans la maison suivit de Onix.

-- Ou est Bandit ? Bandit ! Bandit ! ou es-tu mon toutou ? On entend gémir quelque part dans la maison au deuxième étage . Mayana monte les escaliers en criant le nom du chien .Elle le trouve caché sous son lit " Mais que fais-tu là ? " Le chien sort frétillant de bonheur .Il a eu peur du chat brillant dans la noirceur . Onix assis tout près de Mayana regarde le chien peureux .Bandit s' avance vers Onix et réalise que tout va pour le mieux et que le chat est redevenu noir et normal .

-- Bon allez , on descend se coucher .Le chien et le chat ont compris .

On doit maintenant installer les deux invitées .C' est à ce moment que le téléphone sonne , un son étouffé.

-- Ou ai-je encore laissé mon téléphone .Maugréa Mayana . Bandit saute dans tous les sens tirant sur les coussins du divan .

-- Ah ! Il est là , merci Bandit .

-- Allo !

-- Bonjour Mayana , je viens d' arriver à l' hôtel , un beau vol sans problème !

-- Bonjour Jacob , tu me manques déjà .

-- Toi aussi tu me manques . Seul ici juste avec mes pensées .J' ai pris rendez-vous avec le père de Jasmin. Le plus tôt je vais le rencontrer le mieux ce sera . Ça va bien avec tes invitées ?

-- Je me prépare à faire leur chambre , il est plus de minuit .

-- Je ne tarderai pas non plus , je veux être en forme pour demain car je ne sais pas ce que je vais entendre . Marisa me semble si inconnue depuis sa mort .La femme que je côtoyais n' avait rien à voir avec celle qu' on m' a décrite dernièrement . Je verrai . Je t' embrasse et je t' aime .

-- Moi aussi Jacob ! Moi aussi je t' aime . Mayana raccroche songeuse . Affalée sur le divan la tête dans les coussins elle regarde le plafond . La lampe suspendue se balance cristalline . Les petits morceaux de verres cliquettes entre eux poussés par la petite brise qui entre par la fenêtre entrouverte .

-- La voilà encore partie ailleurs. Penchée au-dessus d' elle Adsila se moque encore " On va coucher par terre ou quoi ? " Elle se lève d' un coup sec .

-- J' arrive, j' arrive . Tout en éclat de rire et de bousculade les deux femmes attrapent des piles de draps et montent au deuxième . Maïka prend son bain , on peut l' entendre fredonner un air connu qui lui rappelle son enfance . Sa mère chante d' une voix douce et lancinante . elle posséde un timbre de voix un peu rauque , unique . Les deux femmes appuient l' oreille sur la porte pour mieux écouter .

-- Voulez-vous bien aller faire les chambres ! Rien à faire elle devine tout .

Dans le grand bureau au deuxième étage entre les étagères de la bibliothèque se trouve un lit escamotable encastré dans le mur .

-- Tu as pensé à tout Mayana .

-- Je savais que tu te pointerais un de ces jours .

-- Très bien c' est moi qui dormirai entre les livres . J' adore la lecture ça me fait rêver . Adsila fait glisser ses doigts sur les livres bien cordés par lettre alphabétique . Certains possédent des reliures magnifiques .Son regard s' attarde sur un titre qui la fait réagir " l ' absence dans toute sa présence "

-- Quel titre ambigu .Est-ce que tu l' as lu ?

-- Oui ma chère tante Adsila . C' est complexe et si vrai !

-- Hé bien, je ne le lirai mais pas cette nuit , dit-elle un sourire narquois sur les lèvres .Elle continue son exploration prenant plaisir à renifler l' odeur des pages qui l' enivre . " Tu possèdes une grande collection de plusieurs pays et plusieurs langues "

-- Je suis traductrice ne l' oublie pas .

-- Dans l' embrasure de la porte sa mère apparaît enveloppée dans une robe de chambre en soie vert menthe agrémentée d' une petite fleur fushia ici et là .

-- Et moi je dors où ?

-- En bas il y a une autre chambre que tu vas adorer .

-- Quelle belle chambre Mayana ! Une grande chambre , un mur en bois de cèdre , des plantes de bambou , un immense lit blanc et vert pomme , une odeur fraîche de bois de santal .Sa mère est ravie .

Une fois tout le monde installé Mayana monte dans sa chambre et choisit un livre . Elle s' installe confortablement dans son lit sa petite lampe de lecture allumée au-dessus de sa tête . À peine a t-elle commencé à lire qu' elle entend frapper doucement à sa porte .

-- Mayana puis-je entrer ? Un peu surprise elle répond oui ! Adsila s' approche de son lit et lui tend un objet enveloppé dans du papier de soie .

-- Qu' est-ce que c' est ?

-- Regarde !

-- Les yeux de Mayana s' agrandissent , un petit cri retentit du plus profond de sa gorge .

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article