Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chez-nous c' est comme ça, la vie tout simplement

Un blog de tous les jours pour vous aider à regarder ce que vous ne voyez peut-être plus !

Chez-nous c' est comme ça, la vie tout simplement

La fièvre du printemps ?

Écrit de l' an passé ...Bonne journée à tous ...

Je regarde par la fenêtre et que vois-je ?

La fièvre du printemps qui persiste à mouiller la terre de ses gouttelettes éternelles , qui n' en finissent plus de grisonner nos journées , déjà un peu plates d' absence de jardinage , car trop tôt pour pouvoir gratifier nos espaces de graines savamment et minutieusement plantées , pour ce plaisir si légitime des légumes de fin de saison .

Mais je ne me plains pas , car grâce à cette pluie la terre cultivable et verdoyante gorgée d' eau , augmentera la possibilité de voir le vert de nos pelouses briller sous un soleil éclatant d' ici peu de temps.

Cette pluie un peu froide " Il faut le dire " tombe depuis plus d' une semaine . Elle dégouline sur mes fenêtres , les couvrant de larmes heureuses , déformant les oiseaux qui osent passer devant mes yeux au moment ou mon regard rencontre la transparence bombée de cette eau malicieuse , glissant sur la vitre tout aussi claire et large de sa générosité vers l' extérieur .

J' ai la fièvre . Mes sens s' allument , mon œil s' éveille , mes mains frémissent d'impatience . J' enfile mon manteau de pluie je me retrouve dehors . Je veux toucher les feuilles mouillées abandonnées malgré elle par le vent insolent , qui n' a pas su les détacher de leur branche , et qui vont quand même finalement tomber trop sèchent pour résister à la chaleur prochaine.

Le tronc d' un arbre robuste et humide accroche ma main . L'inégalité de l' écorce collée sous ma paume me séduit . J ' agrippe à pleine main cette surface rugueuse , vivante , froide et saisissante . Je m' abandonne le temps d' une impression de fusion , mes main refusent de se détacher du chêne . La pluie me nargue farouche et provocante, je lève le nez vers le ciel, quelques gouttes s' écrasent sur mon visage . Mon regard retourne vers la terre . Sous mes pieds des feuilles mortes , glissantes recouvertes de graines d' oiseaux .

Un peu plus loin un mouvement . Je me penche , c' est Satine qui galope sur la clôture tout au fond du sous-bois clairsemé . Elle se faufile entre les branches vautrées sur le bois gluant , ancien vestige d' un fier passé d' une terre fertile qui a su mettre en valeur mon univers intime , apportant son lot d' imagination que mon esprit invente à chaque saison et qui me permet de croire que le bois de cette clôture continue de vivre dans un ailleurs digne de ses débuts , perpétuant son parcours majestueux , issu de nos si belles forêts . Anciennes clôtures des terres cultivables de la famille de Jean-Pierre, un second souffle, une seconde vie !

Pour moi l' essentiel reste dans le regard . Savoir balayer la vie extérieur avec son coeur , le remplir de lumière , s' arrêter pour apprécier tout ce qui nous entoure . Le moindre son, la moindre brise, le moindre mouvement saisi furtivement le temps d' un arrêt . Capter ce que la vie nous offre sans se poser de question , agripper l' espace temps au moment précis ou il passe à notre portée ,car il passe . Il faut juste savoir regarder le moment d' éternité. Tous nous avons cette possibilité , mais beaucoup l' ont oublié ..........

Quelques photos de l' an passé au printemps de avril à mai !

La fièvre du printemps ?
La fièvre du printemps ?La fièvre du printemps ?La fièvre du printemps ?
La fièvre du printemps ?La fièvre du printemps ?La fièvre du printemps ?
La fièvre du printemps ?La fièvre du printemps ?La fièvre du printemps ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article