Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suite à mon questionnement ( Ou s' en va t'on ? )

J'ai reçu cette réponse très pertinente et intéressante sur le sujet qui me dérange notre planète et le comportement humain, trop heureuse de pouvoir accéder à un site qui me donnera l'occasion de me renseigner et surtout d'essayer de comprendre vers ou on s'en va si on ne change pas nos comportements et nos habitudes..

Je tiens à remercier Mr Brousseau pour le lien que je vais mettre ici sur mon blog,

Si l'humanité vous intéresse, si l'avenir de vos enfants et petits-enfants vous tient à coeur, si vous voulez laisser le plein de conscience derrière vous au lieu de l'absence de conscience, lisez cet article intéressant ,ça ne coûte rien, ça coûte l'avenir de notre espèce.

L’état actuel de l’évolution de l’espèce humaine favorise-t-il sa capacité de survie?

Dans la nature, toute forme de stabilité est basée sur des équilibres complexes et toute forme d’équilibre s’appuie sur des adaptations aux changements favorisant l’évolution. En clair, la stabilité est le maintien d’équilibres tout au long de changements continus.

Toute espèce évolue par sélection naturelle en s’adaptant à son environnement. Les adaptations qui favorisent les meilleurs équilibres permettent le maintien d’états stables. Ainsi, les individus d’une espèce, ayant développé des adaptations qui favorisent un équilibre stable de leur capacité d’alimentation et de reproduction dans leur environnement, sont privilégiés par une meilleure survie et transmettent génétiquement leurs adaptations aux générations suivantes lors de la reproduction.

L’espèce humaine a évolué en développant une forme d’intelligence lui permettant de favoriser des stratégies comportementales d’adaptation qu’elle a lentement priorisées pour compenser sa faible capacité d’adaptation naturelle. Sans cette évolution, il est fort probable que l’espèce humaine n’ait pas survécu au fil des âges à cause de la très forte concurrence des prédateurs et d’une capacité limitée d’adaptation à l’environnement biophysique.

Les stratégies comportementales d’adaptation de l’espèce humaine, lui ont permis de créer des outils et un environnement social très développés, la civilisation, pour s’adapter artificiellement à son environnement biophysique naturel. La stratégie comportementale de la civilisation humaine se transmet principalement par la culture de l’environnement social avec les mécanismes d’éducation, mais probablement aussi par la génétique comportementale.

En développant son environnement social, l’espèce humaine a inhibé partiellement sa capacité d’adaptation naturelle, tout en fondant sa culture et ses stratégies comportementales sur l’adaptation artificielle au lieu de s’adapter à son environnement biophysique. Ce modèle de stratégie comportementale lui a permis de s’adapter à de nombreuses variantes environnementales, d’y survivre et de s’y reproduire.

Les concepts et la culture favorisés dans l’environnement social par l’espèce humaine ont fait en sorte que ses stratégies comportementales se sont rapidement orientées vers le développement de la maîtrise de l’environnement biophysique au lieu de tenter de le comprendre pour s’y adapter. Et cette évolution de l’environnement social, s’est opérée plus rapidement que l’évolution de l’intelligence collective de l’espèce pour comprendre les impacts de cette adaptation sur son environnement biophysique afin d’y adapter sa stratégie comportementale et son modèle d’environnement social.

Les stratégies comportementales de l’espèce humaine visant à adapter l’environnement social et surtout à exploiter l’environnement biophysique pour répondre aux besoins artificiels créés par la culture de civilisation ont contribué à l’établissement d’une culture fortement cohésive dans l’environnement social, mais fortement déconnectée des considérations de l’environnement biophysique.

Ainsi, les stratégies comportementales humaines de la culture civilisée sont-elles fortement orientées vers le développement de l’environnement social au détriment de l’environnement biophysique. Mais l’environnement social ne peut être considéré que comme une stratégie comportementale d’adaptation. L’environnement biophysique demeure inévitablement la source et la base du soutien de la vie de toutes les espèces, incluant l’espèce humaine.

Dans la nature, la pression qu’exercent les populations d’individus sur les ressources limite ou met à risque la capacité de survie des espèces à cause de sa capacité à s’adapter aux changements. Pour l’espèce humaine, c’est la même chose, avec en plus des pressions démographiques, celles de ses stratégies comportementales sociales d’exploitation des ressources qui ajoutent des pressions sur l’environnement biophysique.

En conséquence, le système d’environnement social et la culture sociale des stratégies comportementales de la civilisation humaine sont actuellement totalement mésadaptés au maintien d’une cohésion symbiotique avec l’environnement biophysique rendant impossible de favoriser le développement d’une culture humaine propice à l’adaptation naturelle à son environnement biophysique.

L’humanité ne dispose donc pas, actuellement, de la maturité suffisante pour s’adapter à son environnement biophysique tout en maintenant les stratégies comportementales qu’elle a développées avec son environnement social.

Il est fort peu probable que l’espèce humaine puisse réussir à survivre dans un environnement biophysique dégradé et déséquilibré par la surexploitation des ressources tout en maintenant l’intégrité de son environnement social actuel avec les mêmes stratégies comportementales. Si l’espèce humaine souhaite pouvoir survivre dans son environnement biophysique, elle n’a aucun autre choix que d’adapter ses stratégies comportementales et surtout son environnement social et son système social (politique, économique, législatif, culturel, etc.)

L’adaptation des stratégies comportementales et de l’environnement social de l’espèce humaine pour assurer sa survie dans l’environnement biophysique doit se faire par un ensemble de rapprochements et par l’assujettissement aux lois immuables de la nature que l’espèce humaine étudie par le biais des sciences. Ces rapprochements doivent permettre l’établissement de stratégies comportementales adaptées à l’environnement biophysique. Ceci implique également des adaptations inévitables de l’environnement social aux lois de l’environnement biophysique.

Pour réussir cette adaptation de stratégie comportementale et d’environnement social, l’humain doit rapidement développer sa maturité comportementale. L’échec de cette évolution de la maturité comportementale humaine, risque de mener à l’extinction de l’espèce dès que les adaptations de l’environnement social ne seront plus suffisantes pour compenser les changements induits par l’espèce humaine dans l’environnement biophysique.

La question est de savoir combien de temps dispose l’espèce humaine pour adapter sa stratégie comportementale et son environnement social. Les réponses nous sont données par les observations et mesures scientifiques des pressions qu’exercent les stratégies comportementales de l’environnement social sur la perte de biodiversité, l’accroissement des sources de pollution cancérigènes et les impacts des changements climatiques.

La stratégie comportementale humaine induite par son environnement social actuel tendent à accélérer la dégradation de l’environnement biophysique. Les changements climatiques seront bientôt dangereusement irréversibles et les impacts majeurs d’ici 2100, peut-être même 2050. L’espèce humaine dispose donc de moins de la moitié d’une génération, pour adapter ses stratégies comportementales et son environnement social à son environnement biophysique afin d’assurer une meilleure symbiose pour protéger l’intégrité de l’environnement biophysique et s’assurer de meilleures chances de survie.

Généralement, il faut quelques dizaines de générations pour que des individus d’une espèce puissent produire des adaptations suffisantes à l’évolution de l’espèce. En conséquence, pour que l’homme réussisse à évoluer en moins d’une demi-génération, il devra faire preuve d’intelligence, ce qui mettra rudement à l’épreuve sa capacité d’adaptation comportementale pour modifier en profondeur son environnement social.

L’espèce humaine doit prendre conscience qu’elle doit user dès maintenant de son intelligence pour transcender ses habitudes de stratégies comportementales et sa culture de civilisation afin de rapidement adapter son environnement social. Il est donc primordial pour l’espèce humaine d’en prendre conscience et de commencer à agir.

Face à la complexité de la situation et au peu de temps requis pour agir, l’espèce humaine n’a même plus le temps de répondre à la question : « L’état actuel de l’évolution de l’espèce humaine favorise-t-il sa capacité de survie? »

La réponse est évidente…

Mais l’intelligence humaine est surprenante.

Tag(s) : #Pas contente dutout

Partager cet article

Repost 0